Notre-Dame du Grand Retour – A barca di a Madonna

La dévotion à Notre-Dame de Boulogne (statue en bois miraculeuse datant du VIIe siècle) remonte au Moyen-Age où Boulogne-sur-Mer, étape sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle devient un lieu de pèlerinage. La dévotion au culte marial renaît lors de la seconde guerre mondiale quand 4 reproductions de la statue de la Vierge à l’enfant vont tourner en France et aux Antilles de 1943 à 1948.

La statue arrive en Corse en avril 1947 et circule jusqu’en janvier 1948 suscitant des manifestations exceptionnelles de piété dans les nombreux sanctuaires et églises paroissiales traversés (plus de 200). Portée sur les épaules des pélerins ou sur un char fleuri, elle reçoit sur son passage de nombreuses oboles en argent et bijoux. Pour célébrer son départ et son retour vers  Lourdes (d’où elle était partie), une cérémonie conduite par Monseigneur Llosa, le 20 septembre 1947 sur la Place Saint-Nicolas à Bastia, va regrouper toutes les statues et tableaux « miraculeux » de Corse.  

L’œuvre en palmes tressées qui représente la statue nautonière a été réalisée par la confrérie Sainte-Croix de San-Martinu-di-Lota en l’honneur de Notre-Dame du Grand Retour ; exposée à Corti pour l’exposition temporaire Corsica Christiana elle a été offerte par les confrères au Musée de la Corse.

© CdC, musée de la Corse/DR

Découvrez les objets des mois précédents

ENFUMOIR  / FUMAROLU

Dans la gamme des productions insulaires en terre argileuse et amiante, on remarque un objet devenu rare : l’enfumoir à abeilles (fumarolu, fumaghjola, affumicatoghju).