La felouque corsaire – A Santissima Concessione

Sous le généralat de Pascal Paoli, une marine de course et marchande est créée à la Consulta de Casinca du 20 mai 1760. Constituée de bâtiments particuliers et nationaux,  la flotte d’environ quinze navires est composée de felouques, felucone, scampavia, chebecs, galères, demi-galères, pinques et galiotes.

La délivrance d’un passeport permet à tout patron insulaire ou étranger d’armer un bateau pour la course et d’arborer le pavillon blanc à tête de Maure.

Teramo Terami (1731- 1822) corsaire Cap-corsin de la marine de guerre de Pascal Paoli commande en course un « Felucone » bâtiment national armé d’artillerie : le Santissima Concessione. Il participe en 1760 avec d’autres cap-corsins à la prise de la tour génoise de Rogliano. En 1763 à l’issue d’un combat contre les Génois, il est capturé dans la Cala Sevina et fait prisonnier de guerre en Sardaigne. Il commande ensuite la pinque la Conception et Saint-Roch. Après l’annexion de la Corse, Louis XVI, par ordonnance du maréchal de Castries de 1786 l’empêche de commander ses navires de commerce. En 1787 il est Père de la commune de Rogliano. Sous le royaume Anglo-Corse (1794-1796) il est nommé Receveur royal de l’Enregistrement, du Timbre et des Domaines au Cap-corse. Il est titularisé dans ce poste par le Directoire mais il le refuse et démissionne. En 1817, sous Louis XVIII, alors qu’il est âgé de 86 ans, il est autorisé par le maréchal Gouvion-Saint-Cyr à commander à nouveau à la mer. Il meurt à Rogliano le 5 janvier 1822.

René Burlet, peintre de marine
La felouque corsaire Santissima Concessione au Patron Teramo Terami, 1999
Aquarelle – Don du Professeur Michel Vergé-Franceschi
Inv : 2019.4.1
© CdC, musée de la Corse/P. Pierangeli

Découvrez les objets des mois précédents

ENFUMOIR  / FUMAROLU

Dans la gamme des productions insulaires en terre argileuse et amiante, on remarque un objet devenu rare : l’enfumoir à abeilles (fumarolu, fumaghjola, affumicatoghju).